ChaumeLe chaume désigne les toits confectionnés en matière végétale. Il s'agit d'une tige de graminées que l'on ramasse au début de l'automne une fois sèche. Pour faire simple, nous pouvons aussi appeler tout simplement, cette tige végétale, de la sagne.

Ces tiges végétales qui peuvent être du roseau, du jonc ou du seigle ou bruyère et sont utilisés pour la confection d'une toiture chaume (toit en pailletoiture végétale).

Aujourd'hui c'est surtout le roseau qui est privilégié par l'artisan chaumier pour la construction du toit de chaume. Ces tiges de paille sont déposées par bottes. Elles sont en général envoyées à la main par l'artisan qui se trouve au sol vers l'artisan qui se trouve sur le toit. C'est un travail physique qui requiert beaucoup d'énergie.

La couverture en chaume est saine, écologique et surtout présente un avantage indéniable : l'isolation naturelle. En effet, si l'on peut penser que la confection d'une toiture chaume est un peu plus coûteuse qu'une couverture traditionnelle en ardoise ou en tuile, il est absolument nécessaire de prendre en compte les avantages suivants :

  • Le chaume pesant environ 45 kg au m², la charpente n'aura pas besoin d'être renforcée.
  • Economie d'une gouttières, puisque les débords de la toiture chaume suffisent à protéger les murs.
  • Pas d'isolation des combles à prévoir (de ce fait pas plus onereuse qu'un autre type de toiture et gain de place à l'intérieur de l'habitat).

Une couverture en chaume a une espérance de vie pouvant aller jusqu'à 50 ans, selon la pente du toit. Une toiture d'environ 150 m² peut être réalisée en moins d'un mois par deux compagnons chaumiers.

Le chaume est utilisé dans de nombreuses régions de France mais principalement en Bretagne et en Normandie. Ce type de toiture est à l'origine de l'appellation d'une maison que l'on appelle, la chaumière.

Pose du chaume

Ce vidéo-clip présente Michel Bougeard spécialisé dans la pose de chaume sur les toitures un peu partout en France. L'artisan chaumier et passionné informe le spectateur que les bottes de chaume étaient par le passé, reliées et serrées par des ronces. Aujourd'hui, c'est le fil de fer qui est utilisé pour solidifier ces bottes de roseau.

 

Bretagne - Ille & Vilaine -35 (Saint-Malo - Dinard, Pleurtuit...) Côtes d'Armor 22 (Dinan, Saint-Brieuc...)